mercredi 27 juin 2018

L'école



Les médias disent que le Québec a perdu le père de son éducation.

Paul Gérin-Lajoie ne m’a pas éduqué. Il a ouvert l’école laïque, qui m’a instruit. Le Québec a perdu le père de son instruction.

Le père de mon éducation s’appelle papa. La mère, maman.

L’éducation est l’affaire des parents. L’école s’occupe d’instruire.

L’éducation est le lit de l’instruction. L’éducation, c’est être; l’instruction, avoir. L’éducation passe par la conversation. L’instruction, par la coercition. Vieille école.

La différence entre papa et l’école, c’est que papa ne m’a pas menti.

Depuis quelques années, j’ai entrepris de refaire toute mon instruction sur l’histoire du Québec, une faillite de mon école.

Je m’interroge sur l’analphabétisme au Québec, une faillite aussi de mon école, le scandale de ma société.

Papa m’a enseigné le travail, l’assurance et la vision.

Maman m’a enseigné la langue, la lecture et l’élégance. Chez nous, il n’y avait pas de porteurs d’eau.

Si j’avais laissé l’école éduquer mes enfants, je ne donnerais pas cher de leur avenir.

L’Église m’a appris le mensonge. Dans son histoire, les européens sont des martyres.

Quand j’allais à la confesse, j’inventais des péchés. Merci à trois frères et deux sœurs.

L’école primaire m’a appris répétez après moi. Le petit catéchisme me disait d’adorer sans poser de question. VTFF.

Dans mon histoire revisitée, les européens sont des voleurs.

Dans mon histoire, le Canada est un champion du génocide.

Je ne regarde jamais l’émission Y’a du monde à messe.

Dans ses cours de psycho au Collège Français, Paul Campana parlait de mathématiques, de musique, d’astronomie, de karaté, de philosophie. Pour la première fois, j’ai aimé l’école.

M. Campana était de l’école de M. Gérin-Lajoie.

L’école est ce que nous en faisons. L’analphabétisme, c’est nous. L’ignorance historique, c’est nous.

Paul Gérin-Lajoie n’a rien à voir dans tout ça.

Il a demandé aux curés de quitter l’école et de s’occuper de leurs églises. En même temps, il ouvrait les portes de son école.

Tranquille révolution?

Je lui serai éternellement reconnaissant.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire